Publié le 19 Avril 2017

Bonjour tout le monde,

je vous écris ce court article sur mon vieux blog car je voulais vous faire part de quelque chose. Comme vous avez pu le voir grâce au titre ci-dessus, j'écris un livre, qui a pour nom La Geste de Marius.

Ce livre - ou plutôt devrais-je dire, cette histoire - est composé de deux parties, toutes deux réunies dans la même histoire. La première décrit l'intrigue, pose les bases, lance le héros ainsi que le lecteur dans l'aventure. La seconde partie, les intentions du héros sont fondées, il sait ce qu'il doit faire et ne tremble pas lorsque qu'il part à l'aventure !

Actuellement, la première partie du livre est rédigée, mais hélas, pas encore la deuxième.

C'est pourquoi je compte lancer un concept, qui est de, chaque jour, ou à intervalle plus grand, écrire un chapitre. Pourquoi, me direz-vous ? Aujourd'hui, nous avons la télévision, internet, mais également YouTube qui nous permet de nous divertir. Dans le passé, rien de tout cela n'existait ! Mais l'écriture et l'envie de raconter des aventures épiques existaient déjà ! Alors, chaque jour, vous pourrez lire un chapitre, et attendre la suite le lendemain, n'est-ce pas génial ?

De plus, il y a actuellement 23 chapitres de disponibles ! Alors commencez dès maintenant !

Bien entendu, et je m'en excuse, il arrivera certainement qu'il n'y ait pas de chapitre un jour où l'autre !

Alors, vous pouvez dès à présent lire les 23 chapitres de libre, et les autres arriveront petit à petit : c'est pour cela que j'apprécie écrire un livre en publiant ses chapitres un à uns, plutôt que d'écrire un gros livre et de tout publier d'un coup ! Mais bref, trêves de bavardages, voilà le fameux lien !

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 25 Novembre 2016

Bonjour !

Aujourd'hui je vous ai programmé deux petits programmes codés grâce au langage Python.

Ces deux codes sont des programmes de calculs. Ce sont des interfaces de calculatrice.

Sur les deux, vous aurez une interface console, dans un terminal, que vous pourrez exécuter sans problème en double-cliquant sur l'exécutable. Le second, est dans une fenêtre graphique. Pour l'ouvrir, vous aurez besoin de télécharger la version "3.3" de Python, disponible sur http://www.python.org. Vous n'aurez plus qu'à ouvrir le fichier avec le Shell Python.

 

Fichier contenant le code entier du programme de calcul évolué, dans une interface terminal. C'est le programme le plus évolué des deux.

Fichier contenant le programme équipé d'une interface graphique. Il vous sera nécessaire de télécharger Python 3. Cette version ne propose que l'addition, c'est l'application la plus rudimentaire des deux.

Alors voici le code des deux programmes. Sachez tout de même que l'interface graphique A BESOIN de Python Shell, sinon elle ne pourra pas s'exécuter. Si vous ne pouvez pas télécharger le fichier "calculatriceMini.py", copiez le code source, entrez sur Google "IDLE python en ligne", ouvrez le premier site qui viendra à vous, et collez le code dans l'éditeur de texte.

CODE SOURCE calculatriceMini.py

 

def add():
    print ('Vous avez choisi l\'addition ! Parfait, commençons.')
    chfUN=input('Entrez un nombre : ')
    chfUN=eval(chfUN)

    chfSE=input('Entrez un second nombre : ')
    chfSE=eval(chfSE)

    resultat = chfUN + chfSE
    print ('Donc, %s + %s est égal à %s !'%(chfUN,chfSE,resultat))

    res=input('Voulez-vous recommencez ? Y/N ')
    res = res.upper()

    if res == 'Y':
        print ('\n \n')
        choix()
    elif res == 'N':
        print ('Bye !')
    else:
        print('Je t\'avais demandé Y ou N !!!')

def sous():
    print ('Vous avez choisi la soustraction ! Parfait, commençons.')
    chfUN=input('Entrez un nombre : ')
    chfUN=eval(chfUN)

    chfSE=input('Entrez un second nombre : ')
    chfSE=eval(chfSE)

    resultat = chfUN - chfSE

    print ('Donc, %s - %s est égal à %s !'%(chfUN,chfSE,resultat))

    res=input('Voulez-vous recommencez ? Y/N ')
    res = res.upper()

    if res == 'Y':
        print ('\n \n')
        choix()
    elif res == 'N':
        print ('Bye !')
    else:
        print('Je t\'avais demandé Y ou N !!!')

def multi():
    print ('Vous avez choisi la multiplication ! Parfait, commençons.')
    chfUN=input('Entrez un nombre : ')
    chfUN=eval(chfUN)

    chfSE=input('Entrez un second nombre : ')
    chfSE=eval(chfSE)

    resultat = chfUN * chfSE

    print ('Donc, %s x %s est égal à %s !'%(chfUN,chfSE,resultat))

    res=input('Voulez-vous recommencez ? Y/N ')
    res = res.upper()

    if res == 'Y':
        print ('\n \n')
        choix()
    elif res == 'N':
        print ('Bye !')
    else:
        print('Je t\'avais demandé Y ou N !!!')

def div():
    print ('Vous avez choisi la division ! Parfait, commençons.')
    chfUN=input('Entrez un nombre : ')
    chfUN=eval(chfUN)

    chfSE=input('Entrez un second nombre : ')
    chfSE=eval(chfSE)

    resultat = chfUN / chfSE

    print ('Donc, %s : %s est égal à %s !'%(chfUN,chfSE,resultat))

    res=input('Voulez-vous recommencez ? Y/N ')
    res = res.upper()

    if res == 'Y':
        print ('\n \n')
        choix()
    elif res == 'N':
        print ('Bye !')
    else:
        print('Je t\'avais demandé Y ou N !!!')

def choix():
    type=input('Entrez le type d\'opération que vous voulez faire (Addition, soustraction, division ou multiplication) : ')
    type = type.lower()

    if type == 'addition':
        add()
    elif type =='soustraction':
        sous()
    elif type =='multiplication':
        multi()
    elif type == 'division':
        div()
    else:
        print('Tu n\'as pas répondu à ma question !!!')
        choix()
    
choix()

 

CODE SOURCE calculatriceGraphique.py

 

from tkinter import*

def quitter():
    global fen
    fen.destroy()

def calcul():
    global chfUN, chfSE
    chfUN = eval(chfUN)
    chfSE = eval(chfSE)
    resultat = chfUN + chfSE
    result = Label(fen,text='%s' % resultat,font=('Impact',50),bg='white',fg='red')
    result.place(x=150,y=75)
    E2.destroy()
    L2.destroy()
    B2.destroy()

    exit = Button(fen,text='QUITTER', font=('Impact',25),bg='red',fg='white',command=quitter)
    exit.place(x=200,y=175)

def fChf():
    global chfUN,chfSE
    chfUN=E1.get()
    print(chfUN)
    chf1L = Label(fen,text='%s' % chfUN, font='Impact',bg='white')
    chf1L.place(x=450,y=18)
    E1.destroy()
    B1.destroy()
    L1.destroy()

def sChf():
    global chfUN,chfSE
    chfSE=E2.get()
    print(chfSE)
    chf2L = Label(fen,text='%s' % chfSE,font='Impact',bg='white')
    chf2L.place(x=450,y=132)
    calcul()
    

fen = Tk()
fen.title('Super Calculatrice !!')
fen.geometry('500x250')

C = Canvas(fen,bg='white',width='500',height='250')


#PREMIER NOMBRE
L1 = Label(fen,text='Entre un premier nombre', font='Impact',bg='white')
E1 = Entry(fen)
B1 = Button(fen,text='Valider',font='Impact',bg='red',fg='white',command=fChf)

L1.place(x=18,y=18)
E1.place(x=18,y=50)
B1.place(x=150,y=50)
C.place(x=0,y=0)


#SECOND NOMBRE
L2 = Label(fen,text='Entre un second nombre', font='Impact',bg='white')
E2 = Entry(fen)
B2 = Button(fen,text='Valider',font='Impact',bg='red',fg='white',command=sChf)

L2.place(x=18,y=100)
E2.place(x=18,y=132)
B2.place(x=150,y=132)

 

 

Même si ces deux petits programmes sont simples à concevoir, ne copiez pas bêtement le code sur votre site, si vous le voulez, mais programmez-le (si vous le pouvez, bien entendu). Sinon, copiez ce code, mais indiquez-moi comme créateur de ces programmes, c'est les miens, tout de même.

 

Merci !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 7 Septembre 2016

Pour relancer l'activité de mon blog, je vous propose un guide sur le jeu de gestion/stratégie Stronghold ! (le tout premier !)

Sachez qu'une vidéo réalisée par mes soins sera disponible sur mon blog et sur YouTube, elle devrait être disponible dans une semaine environ.

Je vous laisse le guide écrit directement sur le blog, mais voici le document sur lequel j'ai rédigé le guide originel.

Peut-être que par la suite je rédigerai un guide sur Stronghold Crusader II (que je viens de me procurer), mais il faudra un peu de temps pour que je puisse connaître tous les procédés, stratagèmes astucieux etc.

Trève de bavardages, je vous laisse le guide ci-contre :

Le site MEGA (site d'hébergement web), vous demandera une clef de déchiffrage, la voici :

!2l_Kht9AJRVyBO3U4uFQQO3M-3T41JkFKbRagizFekY

Elle vous sera essentiel pour télécharger le guide. Ne vous en faites pas, MEGA me proposait une clef de déchiffrage, pourquoi pas ? Surtout que seul vous, mes chers lecteurs, auront accès au document ! Ce n'est pas cool ça ? Si jamais vous rencontrez un problème, signalez le moi, je retirerai probablement la clef de déchiffrage.

Je précise que ce document est le mien, donc vous pourrez l'utiliser pour vos blogs ou vos tutos... mais en me citant, comme étant le créateur du guide, ainsi que, de pourquoi pas, m'envoyer le lien de votre vidéo ainsi que de votre guide pour que je la partage sur le blog. Bonne idée ?

Bon, cette fois ci, vraiment, je vous laisse ! :D

Enjoy !

GUIDE : COMMENT BIEN JOUER A STRONGHOLD

 

Connaissez-vous le jeu vidéo de stratégie/gestion de château Stronghold ? Le but ? Construire sa forteresse, tout en veillant à ce que nos serfs soit heureux, et que nos ennemis nous craignent.

 

Il y a différents opus de cette saga :

 

  1. Stronghold

  2. Stronghold Crusader

  3. Stronghold Crusader Extreme

  4. Stronghold 2

  5. Stronghold Legends

  6. Stronghold 3

  7. Stronghold Crusader II

 

Les jeux en police grasse sont ceux auxquels je joue, donc mon guide sera axé sur ces cinq jeux.

Ce qui me facilitera la tâche, c’est que je sais que les trois premiers jeux (Stronghold/Crusader/Extreme) sont strictement identiques dans le gameplay, mais chacun de ces trois jeux auront quelques particularités propres à elles. La première partie sera le guide Stronghold (tout court), avec un bonus pour la version Crusader.

 

Quant au Stronghold 2 et Stronghold Legends, il se ressemble, mais contrairement à leurs grands frères, il sont doté de la 3D, et oui. Leurs gameplay se ressemblent, mais Legends a une particularité bien à elle, que nous aborderont dans la 2nd partie.

 

Ière partie :

Stronghold

 

 

Stronghold a une particularité : c’est le seul jeu de la série qui ne proposent pas de parties personnalisées avec des bots (ordinateurs), mais il contient un mode multijoueur strictement identiques aux autres jeux.

 

IMPLANTATION DU FORT

 

La première chose est de choisir l’endroit où vous allez construire votre forteresse. Choisissez-la bien, car plusieurs problèmes pourront survenir, soit dès le début du jeu, soit vous pourrez avoir un manque de place.

Si vous le pouvez, essayez de trouver un endroit où il n’y a pas trop de bosses, sans quoi vous ne pourrez pas cultiver de la nourriture, et essayez de trouver un endroit dégagé, en hauteur, et qui sera facile à protéger. Veillez aussi à ce qu’il y ait des gisements de fer (petite zone couleur rouille) ainsi qu’une mine de pierre (zone de couleur grise).

NB : dans Stronghold Crusader, vous n’aurez plus le choix d’où votre château sera bâti.

 

Les premières choses à faire :

Après l’implantation de votre donjon, vous devez :

construire un grenier (onglet serpe), cet édifice vous fera office de stockage de vivres, en le construisant, vous aurez une de réserve de nourriture, ce qui vous permettra d’alimenter vos serfs, sans le grenier, ils seraient mécontent (-8 de popularité), et fuiraient votre château. Votre grenier est à placer dans un endroit dégagé, au centre de cet endroit, de quoi implanter par la suite vos pommeraies, etc. Mais faites en sortes de pouvoir par la suite protéger vos récoltes, sans quoi les envahisseurs détruiront tout, et sans grenier et moyen d’acquisition de vivres, vous êtes parés pour perdre.

Construire deux abris à bois, cela vous permettra d’avoir un moyen d’acquisition du bois, pour construire un abri, dans le bandeau de construction (en bas de l’écran), cliquez sur l’icône « marteau », de nouveaux bâtiments apparaîtront, dont l’abri. Il faut les placer près d’une forêt.

Ensuite, construisez une masure, c’est un foyer où 8 de vos serfs pourront habiter, ce bâtiment servira à augmenter la population de votre château, en bâtir une dès le début vous permettra de pouvoir commencer votre exploitation de nourriture sans avoir à vous soucier de manquer de serfs.

Dans l’onglet « pomme », vous trouverez tous les bâtiments qui vous permettront d’avoir de la nourriture. Ordonnez la construction de deux pommeraies, ainsi que d’un laitier, les vaches de cette ferme nous serviront plus tard. Vous pouvez aussi construire 4 abris de chasses. Tous ces bâtiments sont à bâtir aux alentours de votre grenier.

Si vous avec une centaine de bois, parfait, sinon, attendez un peu pour récolter cette somme. Avec plus de cent bois (aux alentours de 125 unités de bois), construisez sur la mine de pierre une carrière de pierre (onglet marteau), pensez à tout prix à y installer un abri à bœuf (essentiel si vous voulez ramener les pierres taillées au donjon !), plus il y a d’abri à bœuf, plus la quantité de pierre qui arrive est conséquente et le débit élevé. La prochaine chose à faire est de continuer dans la même trajectoire : installez un extracteur de fer, cette fois-ci, il n’y a pas besoin d’installer d’abri à bœuf (les ouvriers s’en chargeront automatiquement).

 

Construisez ensuite une armurerie, elle vous permettra de pouvoir entreposer vos armes.

Si vous avez beaucoup de ressources, construisez une caserne, lieu où vous pourrez former vos troupes, essentiel pour écraser vos ennemis !

 

UNE FACETTE IMPORTANTE : LA GESTION DU CHÂTEAU

 

Stronghold est un des jeux de stratégie des plus intéressant car il propose une facette militaire (prochaine séquence), mais aussi une partie militaire ! Donc vous aurez à gérer tant bien votre château (vie de château, popularité etc), que du siège du château ennemi !

 

PRENEZ BIEN GARDE A TOUJOURS AVOIR UNE ECONOMIE ET UNE POPULARITE STABLE AVANT DE VOUS AVENTURER DANS LA GUERRE

Pensez toujours que bien implanter les bases d’une bonne vie de château, et d’avoir une popularité élevée est très rapide, surtout si vous savez comment faire.

 

Les habitants auront un avis sur vous, favorable ou défavorable, donc chaque action bénéfique pour vos serfs aura un effet positif, mais chaque action négatif pour votre population vous octroiera un malus.

Vous pouvez très facilement voir votre côte de popularité sur le livre du scribe, des chiffres sont indiqués. Cet indicateur vous affichera des nombres allant de 100 à 0. Un joueur expérimenté gardera constamment ce nombre entre 90 et 100, mais vous, joueur débutant, ne vous inquiétez pas si ce chiffre descend.

 

Le principe de ce compteur est simple :

  • Si le nombre est supérieur à 50 (50 à 100), tout va bien, vos serfs sont ravis, et de nouveaux paysans arriveront pour travailler au sein de votre château.

  • Si le nombre est inférieur à 50 (0 à 49), inquiétez vous, car vos villageois sont mécontents et n’hésiteront pas à quitter le village. Le problème ? Très vite, plus personne ne sera là vous entretenir vos bâtiments, donc plus de ressources (bois, pierre, fer), plus de nourriture, ainsi que plus de livraison d’armes. Seules vos troupes resteront.

 

Pour faire pencher votre cotte de popularité du bon côté de la pente, je vais vous donner quelques conseils pratiques :

la satisfaction de vos habitants est basée sur 6 facteurs :

  • La nourriture

  • Les impôts

  • La religion

  • La bière

  • Les facteurs peur

  • Surpopulation

     

Rapides explications sur chaque facteur :

  1. La nourriture : en cliquant sur votre grenier (bâtiment de stockage de la nourriture), vous pourrez choisir les rations de nourriture distribuée aux serfs. Si la ration est normal, vous n’aurez pas de bonus ou de malus sur le facteur nourriture. Plus la quantité de nourriture donnée est élevée, plus votre notoriété va augmenter, le cas échéant, plus la ration est maigre, et bien, vous n’aurez pas vraiment une bonne appréciation du point de vue de vos paysans. Je vous conseille de la laisser à « ration normale », et uniquement de l’augmenter, ne réduisez jamais les rations ! Augmentez les rations soit : quand vous avez besoin que votre popularité se relève, ou que votre grenier est plein.

  2. Les impôts (la gestion des impôts se trouve en cliquant sur le donjon) : les impôts doivent au moins être mis à « impôts faible », pour vous permettre d’encaisser toujours un peu d’argent, si votre popularité baisse de trop, mettez les impôts à zéro. Pour ma part, je trouve inutile de verser des pots de vin, de pars le faible bonus de popularité octroyé, et tout bêtement, vous perdez de l’argent, mon seigneur ! (vous comprendrez si vous jouez à Stronghold) Donc, en résumé, toujours prélever des impôts, ou ne rien prélever, de façon à ne pas verser d’argent.

  3. La religion : est un facteur obligatoirement positif. Construisez plusieurs chapelles, églises, ou cathédrales (bâtissable dans la section « masure »), pour augmenter ce facteur.

  4. La bière : facteur essentiel quand vous jouez. De même que la religion, ce facteur est forcément positif. Pour avoir un impact sur ce facteur, il vous faut construire une ferme à houblon (section « pomme »), ainsi que des brasseries (onglet « faucille »), pour finalement construire l’auberge (onglet « masure »), permettant la distribution de bière. Vous verrez qu’avoir de la bière à distribuer est un vrai gain de popularité à ne pas négliger.

  5. Le facteur peur : ce facteur est présent quand vous construisez des lieux de bonne augures (ours dansant, drapeau, mat enrubanné, lieu saint, bassin), ou de mauvais augures (bûcher, billot, cage, tabouret d’immersion, cage, potence, chevalet et j’en passe). Construire un ou deux lieux de mauvais augures ne vous octroiera pas forcément de malus, et construire peu de lieux de bon augures ne vous donnera pas obligatoirement de bonus, mais uniquement quand ils sont en grand nombres. Les lieux de bonne augure baisseront l’efficacité au travail des artisans, mais fournira un bonus au troupes, étant plus motivées. A l’inverse, les lieux de mauvais augure mettrons la pression aux serfs, travaillant de plus belle, mais les troupes seront moins efficace, à vous de voir.

  6. La surpopulation : Très peu de chance que vous ayez à faire à cela dans une partie si vous gérez bien la défense de votre château. Par exemple, si des ennemis détruisent une masure, des serfs se retrouveront sans abris, ou, que, par exemple, vous démobilisez des soldats, et qu’aucune place ne soit possible. C’est un problème très simple à contrer : construisez juste des masures, et le tour est joué ! Ce facteur octroie uniquement des points négatifs.

  7. Le mariage : point que je n’avais pas évoqué, le mariage, il survient qu’une fois dans une partie, et seulement si vous avec un monument religieux (cathédrale). Si votre seigneur se mari, et bien, vous avez un gain de +8 de popularité, mais cela uniquement pendant un mois. Sur ce laps de temps, vous pouvez ordonner de lourds impôt, mais pensez à les baisser quand ce bonus sera passé.

 

Il y a une chose importantes à savoir, si, par hasard, vous consultez le registre (visible en cliquant sur le livre du scribe), et que votre popularité a entre +3 et +11, pensez à mettre des impôts, car le but est juste d’avoir une popularité positive (autour de +2).

 

LA STRATEGIE MILITAIRE

 

La prochaine partie dont je voudrais vous parler est des troupes : lesquelles choisir, et où les affecter ?

 

Voilà toutes les unités présentes dans le jeu Stronghold :

 

  1. Lancier

  2. Archer

  3. Massiers

  4. Arbalétrier

  5. Piquier

  6. Spadassins

  7. Chevalier

 

Bien, maintenant, quelles sont les meilleurs unités, et les lesquelles former rapidement ?

Je vais vous faire une liste des atouts et inconvénient des unités de Stronghold, je vais par la suite vous conseillé quelles troupes former dès le début, mais nul ne vous empêche d’élaborer votre propre stratégie.

 

LANCIER

 

Dites-vous que former des lanciers est inutile, car ils sont très faibles et se feront tuer facilement, est dès le début.

 

ARCHER

 

Probablement une des unités les plus dévastatrices de Stronghold. Le débit de tir des troupes et les dégats infligés à certaines troupes les rendent très efficace, mais gardez en tête qu’au combat au corps à corps, ils ne valent rien. Pensez toujours que les flèches ne transperceront pas les cuirasses d’acier ; rendant les archers inoffensifs face à des spadassins ou des piquiers.

 

 

MASSIER

 

D’après le jeu, le massier est l’unité d’attaque par excellence, mais je ne trouve cela terriblement faux. Car, du fait de son armure de cuir, les flèches auront peu de difficulté à percer leurs armure. Mais n’espérez tout de même pas utiliser les massiers comme défenseur de château, ils se feront décimer. Si vous voulez faire simple, évitez de les utiliser pour vos assauts quand ils sont seuls, il vous faudra des unités pour les défendre, ce qui est un handicap, car vous devrez produire deux fois plus de troupes, donc je vous conseille de ne pas les produire.

 

ARBALETRIER

 

Les arbalétriers comblent les défauts des archers, leurs carreaux pourront transpercer les armures des piquiers ainsi que des spadassins, ce qui, par conséquent, inflige de lourds dégâts aux régiments, qu’ils aient des armures légère, ou bien des lourdes.

 

PIQUIER

 

La meilleure unité de défense, car elle vous permettra de bloquer l’accès à plusieurs parties de votre château. Son armure le protège à merveille, et sa pique lui permet d’infliger bon nombre de dégâts.

Pour faire simple, les piquiers sont une mise à jour des lanciers, comblant tout les défauts des lanciers. Mais ils sont nuls en attaque, de par leur lenteur extrême, que leur incapacité à se battre ainsi qu’à avancer.

 

SPADASSIN

 

L’unité d’élite. Elle est aussi bonne en défense qu’en attaque, quasiment aucun ennemi ne lui arrivera à la taille, hormis un autre spadassin. Sa lourde armure d’acier le rend très lent, mais contre un château faible en arbalétrier, un spadassin ne risque presque rien.

 

CHEVALIER

 

Dites vous que le spadassin est un as au combat au corps à corps, mais ce n’est pas le cas quand il est question de vitesse. Alors pourquoi pas combler ce défaut ? Le chevalier est un spadassin monté sur un cheval, et qui aura une vitesse hallucinante. Merveilleux n’est-ce pas ? Mais il reste un grand défaut, unique au chevalier : si vous jouez contre un ordinateur (dans le jeu Crusader), ou un joueur qui laisse son seigneur sur son donjon*, le chevalier ne pourra pas monter sur le toit du donjon, ce qui fait que le chevalier ne pourra pas se battre contre le seigneur ennemi, laissant donc ce privilège au spadassin.

 

*il existe une règle qui est facultative en multijoueur, mais qui peut être activée dans les parties, le KoK (king on keep), traduit seigneur sur donjon, qui oblige TOUS LES JOUEURS à laisser son seigneur sur le donjon, car une technique existe. Elle consiste à entourer de plusieurs épaisseurs de murs son seigneur, pour le sécurisé au maximum.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ordre de création des troupes :

 

A présent que je vous ai présenter les unités présente, ainsi que leurs atouts et défauts, je vais vous dire quelles troupes faire, et quand.

 

Dès le début, commencez par créer des archers, et à les mettre sur vos murailles, si vous en avez. Si aucune muraille n’est présente, ce qui est souvent mon cas, construisez un corps de garde (premier onglet, puis icône herse), puis mettez vos archers dessus.

 

PARTIE BONUS : PLACER VOS MURAILLES COMME UN PRO

 

Je ne savais pas où placer ce petit texte, donc je le met ici.

Une fois votre premier corps de garde construit, placez des murs (en pierre !), depuis votre corps de garde, le but est d’entourer le plus de bâtiment possible (nourriture, ressources etc). Pensez à construire des tours de guet, ou vous placerez des archers. Dès que possible, bâtissez des créneaux sur vos murs.

 

Retour sur la création des troupes.

 

Le but est de créer beaucoup d’archers pour les positionner sur presque toute la muraille, le mieux étant de les installer dans des tours pour augmenter leur portée de tir.

 

Allez dans l’onglet bouclier, et la fabrique d’arc est disponible à la construction, il vous faudra la placer entre le donjon ainsi que l’armurerie, pour optimiser le rendement des armes.

 

 

Ensuite, les piquiers feront de très bonnes troupes à faire en seconde position. Les piquiers devront être placés devant les corps de garde, du côté intérieur de votre muraille, du fait que si des ennemis vous attaque, il viseront en premier le corps de garde, élément faible de votre bâtisse. Si quelques unités arrivent devant le corps de garde, ou tout bêtement près de vos murailles, préparez leur une bonne surprise en envoyant un régiment de piquiers prêts à défendre coûte que coûte leurs château.

 

Pour les produire, il vous faudra placer un facteur de lance, mais une fois placé, pensez à cliquer dessus, et entreprendre la fabrique de piques, et non de lances.

Suivi d’une forge d’armure d’acier.

 

 

Troisièmement, les arbalétriers pourront organiser une belle défense en milieu de partie, car c’est là que l’ennemi est susceptible de vous envoyer des spadassins, donc parsemez des arbalétriers sur toutes vos murailles.

 

La création d’arbalète se fait à partir du même bâtiment que ceux des arcs, mais engagez la production d’arbalète au lieu d’arc. C’est le même procédé qu’avec une pique. Les arbalétrier sont, à l’instar des archers, équipés d’armure de cuir, pour les produire, il vous faudra bâtir un atelier de tanneur. Pour fabriquer une tenue de cuir, l’artisan ira tuer une vache (d’où l’intérêt d’une ferme laitière), et ainsi récupérer ce fameux cuir.

 

 

Si vous le souhaitez, c’est à ce moment que vous pourrez créer des massiers, cette étape est facultative.

 

Comme les massiers ne sont pas vraiment doués en défense, laissez les devant la caserne. Il pourront toujours vous servir d’ultime défense contre vos ennemis.

 

Les massiers doivent être armés d’une masse ainsi que d’une tenue de cuir. La masse peut être fabriquée à partir de la forge (bâtiment avec le logo d’épée). L’arme de base qui va être construite est l’épée, donc pensez à modifier cela en sélectionnant l’image de masse. Pour l’armure de cuir, vous savez déjà comment faire (consulter la section arbalétrier du guide).

 

 

Au tour des spadassins. Cette unité d’élite est la meilleure à produire. Autant bonne en défense qu’en attaque, placez les au même endroit que vos piquiers (derrière le corps de garde), quand vous les laissez en position passive (simple défense), mais les spadassins servent de défense quand vous vous préparez à la guerre, mais pensez à les désaffecter de leur poste de défenseur quand vous lancerez votre assaut.

 

Pour les produire, les spadassins auront besoin d’une épée ainsi que d’une armure d’acier. L’épée se fabrique au même endroit que les masses. Si vous n’avez pas lu la section massier, l’épée se fabrique dans la forge (bâtiment avec l’image d’épée). Vous connaissez normalement comment créer des armures d’acier (section piquier).

 

Utile uniquement pour l’assaut, les chevaliers devront être produit qu’à la fin, car cette unité sert uniquement pour l’attaque. Nécessitant des mêmes objets pour être produit, le chevalier devra avoir un cheval mis à sa disposition pour pouvoir être créer. Pour cela, créez des écuries (premier onglet, vous verrez sur la droite du ruban, des petites icônes, cliquez sur celle en forme de baliste, ou d’arbalète), un nouveau ruban se déroulera, affichant le bâtiment écurie. Notez que chaque écurie contient 4 chevaux, donc 1 écurie = 4 chevaliers, sachant que chaque chevalier qui vient à mourir perdra son cheval, et, par conséquent, libérera un cheval dans l’écurie. Je vous conseille d’avoir entre 8 et 12 chevaliers minimum. Mais gardez en tête que les spadassins simples seront parfois plus efficace, donc ne misez pas tout sur les chevaliers.

 

Bien sûr, il vous faut garder à l’esprit que même vos chevaliers produit, il vous faudra encore produire des archers, piquiers, arbalétriers etc tout au long de votre partie, pour constituer une solide armée, tant offensive que défensive.

 

 

 

L’ASSAUT

 

Maintenant que votre forteresse est sécurisée et que vos serfs sont heureux, il est temps d’assiéger quelques forteresse.

Mais sachez que les unités militaires présentées tout à l’heure ne suffiront pas à attaquer un château.

De nouvelles unités, dont je ne vous avez pas parler tout à l’heure, vont être réservées au siège d’une forteresse ennemie.

Quelles sont ces fameuses armes ?

 

Le trébuchet

 

Outil semblable à une catapulte, mais le trébuchet est immobile, sa portée est plus conséquente, ainsi que la puissance de ses tirs et plus élevé que la catapulte. Seul point faible, c’est qu’elle nécessite d’être construite près des murailles ennemies, sous le feu adverse, du fait qu’elle ne peut pas être déplacées.

 

La catapulte

 

Comme vu tout à l’heure, la catapulte peut être construite chez vous, puis vous pouvez l’envoyer au combat comme vous enverrez un spadassin, par exemple. Elle n’a malheureusement que très peu de points de vie, a une portée plutôt courte, ainsi que les tirs sont moins puissant que ceux des trébuchets.

 

Le mantelet

 

Ce n’est pas une « arme » a proprement parler, car c’est un outil de défense. Très utile quand il s’agit de défendre des unités. Le mantelet peut très bien protéger des archers, arbalétriers, ainsi que catapultes.

 

Trois autres types d’armes de sièges existe, mais que je n’utilise pas :

- Tour de siège, la fameuse tour où vous mettez des troupes à l’intérieur, puis l’envoyez directement sur le fort ennemi, la tour abaissera un pont, et vos troupes auront alors accès à la muraille.

- La baliste incendiaire, une arme qui lancera des projectiles enflammés sur vos ennemis, les brûlant alors.

- Le bélier, arme très connue qui tape à coup de rondin de bois les murs, les cassant ainsi.

 

NB : dites vous que ce guide est très subjectif, et que, peut-être, vous, apprécierez ces armes. Mais je rédige ce guide pour vous aidez à gagnez, et, moi, je gagne avec la même technique présentée, donc c’est pour ça que je donne mon point de vue dans ce texte.

 

 

PS : je vous apprendrez à installer vos armes de siège dans la section « Étape finale, destruction du fort ennemi » (plus bas).

 

QUELLE STRATÉGIE ADOPTER POUR LEVER LE SIÈGE DU CHÂTEAU ENNEMI ?

 

Mener l’assaut d’une forteresse n’est pas chose aisée, car chaque bâtisse est différente d’un joueur à l’autre. Mais, certains points reste communs entre tous les château. Ainsi, je vais vous montrer quels sont les endroits où le château est le plus faible, et donc, facilement pénétrable.

 

  1. Localiser les archers, arbalétriers : ces unités sont les plus dévastatrices pour ce qui est de contrer les assauts ennemis. Si vos soldats sont mal répartis, ces unités de défense feront de grand massacres. En fonction de votre armée, voyez quels endroits sont bons à attaquer. Si votre armée est en grande partie constituée de massiers, les archers aussi bien que les arbalétriers seront dévastateurs, prenez garde à cela. Le cas échéant, si votre armée est constituée de spadassins et de chevaliers (surtout pas de piquiers ! Rappelez vous!), les archers seront une source d’ennuis mineur, localisez surtout les arbalétriers, plus grand fléau des spadassins.

  2. Cherchez où le seigneur se trouve : dans Stronghold, nul besoin de tuer tout le monde dans un château, juste le seigneur suffira. Dans essayez de voir où est le seigneur, la plupart du temps, ce sera sur son donjon (hormis si le KoK est désactivé). Alors voyez quel sera le chemin le plus rapide d’accès.

 

Voilà à mon goût les deux choses à vérifier avant de lancer l’assaut.

A présent, c’est l’heure d’anéantir l’ennemi !

 

PS : si vous êtes en 1v2 (position de faiblesse), pensez à faire une forte armée de piquiers, au cas où votre second ennemi (non menacé), tenterait de vous attaquer. Même en 1v1, pensez à avoir cette armée de secours (uniquement faite pour la défense!), car si votre tentative d’attaque échoue, l’ennemi risque fort de contre-attaquer, méfiez-vous !

 

ÉTAPE FINALE : LA DESTRUCTION DU FORT ENNEMI

 

Maintenant que vous savez quoi faire, c’est l’heure d’attaquer.

Premièrement, choisissez l’endroit où vous focaliserez votre assaut : inutile d’attaquer sur l’intégralité de la muraille, une simple brèche permettant à vos troupe de passer est suffisant. Donc, si le château adverse à une portion vide de murailles où aucune troupe n’est présente, ou un garde de garde uniquement protégé par 5 archers, et bien c’est la portion de murailles qu’il faudra que vous détruisiez.

 

Tout à l’heure, je vous ai présenté les armes de siège. A présent, apprenez à les utiliser !

Dans un premier temps, il vous faudra obligatoirement avoir une guilde des ingénieurs** (même onglet que pour l’écurie, section « Troupes : chevaliers »), formez plusieurs ingénieurs, car ils sont obligatoire pour le maniement de chaque arme de siège.

Liste des ingénieurs requis pour chaque arme :

  • Trébuchet : 3 ingénieurs

  • Catapulte : 2 ingénieurs

  • Mantelet : 1 ingénieur

 

**Notez que dans tous les jeux Stronghold, ces unités sont appelées « ingénieurs », mais sauf dans Stronghold premier du nom, où le nom est mécanicien.

Pour ordonner la construction d’une de ces armes, cliquez sur un ingénieur (ou mécanicien), un menu s’affichera sur la gauche, cliquez ensuite sur le marteau, et ainsi ordonnez la construction de l’arme de votre choix.

 

Pour attaquer le plus efficacement possible :

Troupes nécessaire (de mon point de vue) :

30 spadassins

8~12 chevaliers

 

Placez donc vos armes de sièges (je vous conseille les trébuchets), assez près des murailles, mais pas hyper proche pour autant. Gardez les spadassins en retrait à l’arrière, pour être près à attaquer le moment venu. Quand vos deux ou trois trébuchet sont construits, sélectionnez-les puis ordonnez les d’attaquer au même endroit, pour augmenter les dégâts causés. C’est là que les chevaliers vont être utile, car de pars leur robustesse et le vitesse, ils pourront vite atteindre la muraille à détruire et attaquer cet endroit précis. Donc, quand vos trébuchets tireront sur les murs, envoyez les chevaliers au même endroit, les archers et arbalétriers ne sauront pas sur qui tirer entre les trébuchets et les chevaliers, ce qui permet d’infliger de lourds dégâts. De toute manière, les chevaliers ne peuvent pas tuer le seigneur, alors autant les utiliser pour détruire la muraille.

 

Quand vous voyez que vos nobles chevaliers et les trébuchets auront presque creusé une brèche dans le mur, envoyez les spadassins***, si ils arrivent avant que la brèche ne soit faite, affectez quelque soldat à la destruction du mur, sinon, envoyez les tous tuer les soldats à l’intérieur, et pensez à toujours viser le seigneur adverse.

 

***C’est là que les massiers peuvent intervenir, dans votre armée, vous pouvez avoir 75 % de spadassins ainsi que 25 % de massiers, car leur vitesse est plus élevée que les spadassins, et ils seront en partie couvert par les spadassins.

 

Si une dizaine de spadassins entrent sur le toit du château, c’est gagné, car le seigneur ne pourra pas s’opposer aux spadassins.

 

Voilà, le guide Stronghold est terminé. Mais je ne vous laisse pas là, car je voudrais revenir sur les différences avec Stronghold Crusader, car je trouve inutile de refaire un guide sur Crusader, car le jeu est quasiment identique à Stronghold. Seuls quelques nouveaux points à ne pas négliger apparaissent dans Stronghold Crusader.

 

Dans Stronghold Crusader, vous pourrez avoir l’occasion d’affronter soit :

des seigneurs européens, soit des seigneurs arabes. Chaque seigneur a sa particularité :

Si vous affronter un ordinateur qui joue un seigneur arabe, il n’utilisera que des mercenaires. Donc la principale unité de mêlée qu’il aura est le spadassin arabe. En fait c’est le parfait intermédiaire entre un lancier basique et un spadassin européen. Un petit groupe de lancier n’aura aucune chance contre un ou deux spadassins arabes. A l’inverse, un seul spadassin européen pourra à lui seul occire environ 4 spadassins arabes. Donc, pour vos assaut, les spadassins européens auront l’avantage.

Jouer un seigneur en particulier n’a aucun incident sur le type de jeu. Chaque seigneur peut avoir soit des mercenaires, ou des unités classiques comme vu précédemment dans le guide.

 

Le camp de mercenaires, nouveau bâtiment. Il permet d’engager des mercenaires contre de l’or uniquement ! Ici, vous pourrez engagez des assassins, spadassins, archers montés, esclaves et bien d’autres.

 

Ce sera tout pour moi. J’espère que ce guide vous aura aidé à devenir un maître de Stronghold !

A bientôt !

Bref, j'espère que le guide n'a pas été trop long pour vous, mais je voulais expliquer en détail une partie de jeu sur Stronghold/Crusader. (le guide fait 10 pages, longue l'impression ! :D)

J'espère que cela vous aura plus,

et à bientôt !

Pierre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 9 Février 2016

Bonjour !

Aujourd'hui, je décide de recommencer à écrire sur mon blog !

A bientôt et bonne visite !

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 20 Février 2015

J'ai le plaisir de vous annoncer que un remake de Zelda : Majora's Mask est sorti !

Tout comme Zelda : Ocarina of Time, le jeu est sur Nintendo 3DS !

Voici une comparaison :

Comparaison

Comparaison

Voilà, donc vous avez un avant-goût. Bref, l'histoire est la même, mais avec des graphismes améliorés et sur console portable !

Donc je suis super content que ce jeu soit adapter. Cela faisait depuis quelques années que j’espérai la sortie de ce remake.

Pour finir, voici une image.
Sinon, à bientôt !

Pierre

Zelda Majora's Mask maintenant sur N3DS !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 13 Novembre 2014

Bonjour à tous et toutes,

je suis en train de créer un jeux vidéo avec le logiciel Construct 2 (j'utilise la version d'essai).

Et je voulais vous faire par de quelques objets design de mon jeu (fait par moi).

Dites ce que vous en penser :) !

Les objetsLes objets
Les objetsLes objetsLes objets
Les objetsLes objets

Les objets

Laissez un com' :) !

Pierre

POST-SCRITUM : Souhaitez-moi bonne chance :)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 22 Septembre 2014

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 21 Septembre 2014

Comment faire pour dessiner sur l'ordinateur ?

Vous voulez faire un dessin mais il vous faut dessiner sur une feuille puis ensuite scanner votre dessin ? Moi, j'ai la solution pour faire vos dessin directement numérisé ! Regardez ce que j'ai fait :

Link (dans "The Legend of Zelda")

Link (dans "The Legend of Zelda")

Je vous ai fait une archive WinRAR pour voir toutes mes œuvres !

Téléchargement de l'archive à l'adresse ci-dessous !

MATERIEL :

J'utilise une tablette graphique pour mes dessins.

C'est une tablette sans écran, avec un stylet.

LOGICIELS :

J'utilise Manga Studio Debut 4 (payant), mais j'utilise aussi Paint.net (gratuit).

Note : J'ai acheté la tablette Intuos Manga de Wacom, avec Manga Studio Debut 4 inclus.

Mais si vous avez une tablette graphique (une Intuos de Wacom simple), utilisez Paint.net,

et si vous avez Photoshop, vous pouvez l'utiliser.

C'est assez dur au début, même moi je ne fais des chef-d'oeuvre avec ma tablette !

 

Je n'ai rien d'autre à vous dire...

Sinon à bientôt !

Pierre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 14 Août 2014

Salut ! Je suis heureux de savoir qu'il y a 7 000 visiteurs depuis le début de mon blog mais aussi 11 000 pages vues !

Merci à tous, je suis super heureux !

Pierre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0

Publié le 9 Mai 2014

Le tutoriel n'était pas bien expliquer dans le dernier article ? Regardez cette vidéo !

Bye !

Pierre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierre Ferru

Repost0